• Elise

Mes 10 meilleurs conseils pour coudre ses vêtements

La couture est une activité grâce à laquelle vous pouvez laisser s'exprimer votre créativité sans limites. Dans un précédent article je vous donnais mon astuce infaillible pour progresser très rapidement. Pour passer à la vitesse supérieure, il va néanmoins falloir que vous respectiez quelques règles… Voici mes 10 meilleurs conseils pour rendre vos créations exceptionnelles ! 🌞


Avant de commencer


Je sais vous êtes hyper pressée de commencer à coudre ! Moi aussi, je le suis à chaque fois et même après plusieurs années mon impatience n'a pas de limites. 😅 Malheureusement pour nous, on passe bien plus de temps à préparer son projet qu'à le coudre en général ! Mais si vous respectez consciencieusement mes conseils, vous aurez un vêtement d'une grande qualité et ce quelle que soit votre expérience en couture. 😎


Bien choisir son tissu


Vous devez savoir qu'il existe plusieurs types de tissus : coton, tweed, laine, gabardine, soie, jersey… Mais ce qu'il est important de comprendre, c'est qu'en réalité, même s'il existe des centaines de combinaisons de matières et grammages, il y a deux grandes familles de tissus : la maille et le chaîne et trame. La principale différence entre les deux est la méthode de tissage. C'est technique mais pour résumer : la maille est extensible (exemple : le jersey), le chaîne et trame ne l'est pas (exemple : la popeline, la gabardine, le voile). A noter qu'il s'agit bien là de la méthode de tissage et pas de la matière ! Un coton peut aussi bien être tissé en maille (jersey) qu'en chaîne et trame (popeline). N'hésitez pas à demander conseil les premières fois. 😉


Parties de là, on peut comprendre l'importance du choix du tissu que l'on va utiliser : en effet les patrons seront différents selon que la matière est extensible ou non. Bien qu'il soit possible de modifier le patron pour passer de l'un à l'autre, quand on débute ce n'est probablement pas se faciliter la tâche. 😅 Vous pourrez retrouver cette information de différentes manières : dans le livret d'instructions, en regardant quels tissus ont été utilisés par la créatrice ou les testeuses, ou tout simplement en demandant conseil à la créatrice ! La plupart du temps elle sera plus que ravie d'échanger avec vous et de vous guider dans la réalisation de votre projet. 😁


Maintenant que les types de tissus n'ont plus de secrets pour vous, il me paraît important de préciser un petit détail : faites aussi attention au grammage ! C'est le poids du tissu au mètre carré. Si on résume (très grossièrement), c'est l'épaisseur de la matière. C'est le grammage qui va déterminer le tombé de votre tissu ainsi que sa transparence. Personnellement je trouve les jeux de transparence particulièrement élégants, mais il y a des choses que je préfère garder pour moi ! A vous de savoir ce que vous voudrez doubler… Ou pas. 😉


Laver le tissu


C'est une étape qu'on a tendance à oublier, plus ou moins volontairement d'ailleurs. 😇 Pourtant c'est franchement une mauvaise idée car la plupart des tissus rétrécissent au lavage ! C'est même particulièrement vrai pour les cotons bon marché… Qui sont parfaits pour débuter ! S'il vous plaît pensez à moi avant de découper votre tissu. Je serais trop déçue pour vous que votre premier vêtement soit importable car il a rétréci.


La bonne méthode ?

  1. Si vous voulez éviter que votre tissu ne s'effiloche en machine, pensez à surfiler les bords coupés. La lisière est déjà sécurisée, vous pouvez la laisser telle quelle. Vous pouvez également, si votre coupon n'est pas trop grand, le glisser dans un filet de lavage ou une taie d'oreiller. Cela permettra de le protéger davantage.

  2. Préférez toujours un cycle à froid et un séchage à l'air libre. Plus vous exposez le tissu mouillé à la chaleur, plus il rétrécit ! De manière générale, demandez-vous comment vous avez l'intention de laver le vêtement une fois fini. Un top en soie sera lavé à froid avec peu d'essorage, et séché à l'air libre sur un cintre ; un sweat en jersey sera lavé sans grande précaution et sûrement séché en machine. Et pensez bien que vous mettez certaines pièces au pressing… C'est pareil pour vos précieux coupons. 😉


Repasser le tissu


Votre tissu est lavé, il sent bon et va garder sa taille. Nous arrivons maintenant à une étape que je déteste : le repassage. 😭 Et pourtant ! C'est hyper important. Je sais, je vous dis ça à chaque étape… Mais croyez-moi ça l'est, et c'est plutôt facile à comprendre. En sortant du lavage le tissu va être plus ou moins froissé. De fait, la laize de votre coupon (sa largeur) va se trouver artificiellement rétrécie et vous aurez plus de difficultés à positionner vos pièces de patron. De même, les pièces que vous aurez coupées et tous les repères que vous aurez marqués vont se trouver décalés par rapport aux dimensions prévues par votre patron. Vous pourrez constater que c'est bien plus confortable de travailler avec des pièces qui vont parfaitement ensemble, plutôt que de devoir gérer des décalages qui vont générer des plis qu'on n'avait pas prévus !


Choisir la bonne taille


Spoiler alert : votre taille en patron de couture est très probablement différente de votre taille en prêt-à-porter. "Mais pourquoi Elise, c'est débile !" En effet, c'est surprenant. 😅 Pourtant quand on y réfléchit, c'est complètement logique !


Pour coudre un vêtement, il faut un patron. Jusque-là, rien d'extraordinaire. Là où ça se complique, c'est que dans le prêt-à-porter les enseignes ont pour objectif de toucher une cible très large, avec une multitude de morphologies ! Pour cela, des modélistes (les professionnels des patrons en gros) travaillent dur pour transformer les idées du styliste en un patron qui puisse d'adapter aux différents morphologies : c'est la gradation.


Mais ici, il plusieurs problèmes se posent :

  1. Chaque enseigne possède sa propre grille de mesures qui peut être sensiblement différente d'une marque à l'autre. C'est pour cela qu'on dit que certaines marques "taillent petit" ou "taillent grand".

  2. Au risque de me répéter (c'est mon cheval de bataille), vous n'êtes pas standard ! Personne ne l'est, et c'est parfait comme ça. 😊 C'est tout l'intérêt de coudre soi-même ses vêtements : vous avez la possibilité de moduler le patron pour qu'il s'adapte au mieux à votre corps, et selon ce que vous voulez mettre en avant ou non (par exemple selon votre morphotype). Personnellement, dans le prêt-à-porter je m'oriente le plus souvent vers un 38, voire 40 selon la pièce (toujours le confort en priorité chez moi !). En revanche en couture, pour respecter mes mensurations, je ne prends pas une seule taille : en général, c'est 42 (ligne de poitrine), 38 (ligne de taille), 40 (ligne de hanches). J'avoue avoir été un peu sceptique la première fois… Mais ça change tout !

Et donc, qu'est-ce qu'il faut faire ?


Avant de vous lancer, il faut impérativement que vous preniez vos mensurations, a minima les "principales" : tour de poitrine, tour de taille, tour de hanches. Ces mesures correspondent aux volumes principaux de votre corps et ce sont celles qui vont le plus souvent être données comme indicateurs dans le guide des tailles. Selon votre morphologie, il se peut que vous ayez besoin de contrôler d'autres mesures importantes : carrure, tour de bras, de cuisse, etc. Si possible, faites-vous aider : les mesures seront bien plus précises si vous vous tenez droite plutôt que si vous devez vous contorsionner pour tenir le mètre ruban ! Je tiens aussi à vous rappeler qu'au fil du temps il est possible que votre corps change. Et c'est normal. 😊 Pour vous assurer que vous prenez toujours les bonnes références, je vous invite à reprendre vos mensurations de temps en temps pour les mettre à jour. 😉

Maintenant que vous connaissez vos mensurations, vous allez pouvoir vous référer au guide des tailles fourni avec votre patron (regardez bien, je suis sûre qu'il y en a un) et repérer ce qui vous correspond. Il est probable que vous vous positionniez sur deux, voire trois colonnes, et c'est ok ! A ce stade il y a plusieurs options :

  1. Vous prenez la taille la plus grande (par exemple pour moi, celle qui correspond au tour de poitrine), le risque étant de vous retrouver avec un vêtement pas assez ajusté et pour lequel le tombé sera assez différent de ce que vous aviez imaginé.

  2. Vous cherchez quelle valeur est la plus importante à respecter : parfois c'est indiqué dans le livret d'explications, parfois non. Dans ce cas, il faudra analyser le dessin technique et/ou les photos et voir à quel endroit le vêtement est le plus ajusté : c'est cette valeur qu'il faudra prendre comme référence.

  3. Vous ne voulez pas faire de compromis (comme je vous comprends !) : vous mixez les tailles ! C'est beaucoup plus facile qu'il n'y paraît. 😊 Il va falloir que vous repériez où se trouvent les lignes de construction principales du patron : ligne de poitrine, ligne de taille, ligne de hanches (au plus large). Elles sont parfois indiquées par des repères, sinon vous pouvez les trouver de façon approximative avec un peu d'entraînement. Une fois que vous avez positionné ces nouveaux repères, vous pouvez les relier entre eux en respectant le tracé d'origine : on remplace les droites par des droites et des courbes par des courbes. 👌🏻


Attention aux marges de couture


Les marges de couture sont un sujet particulièrement important. Avant de commencer à couper le tissu, il faut que vous sachiez si elles sont incluses dans votre patron ou pas, et quelles mesures sont prévues. Si elles ne le sont pas, il faut impérativement les ajouter sinon votre vêtement sera trop serré et vous ne le porterez pas. C'est trop dommage car vous y aurez passé du temps ! Mais attention, on ne fait pas ça n'importe comment : il faut respecter précisément le tracé d'origine en prenant son temps et en utilisant du matériel adapté (règle et pistolet).


En général, on prévoit des marges de 1 cm pour l'ensemble du patron et 3 cm pour les ourlets. Ca me semble être un minimum. Néanmoins vous pourriez avoir besoin d'un peu plus ! Par exemple, si vous optez pour des coutures anglaises, je vous recommande plutôt 1,5 cm de marge de couture. De même, on peut aller jusqu'à 2 cm de marge de couture pour des pièces d'exception (par exemple une robe de soirée ou lorsque vous utilisez un tissu de grande qualité) : cela vous permettra de retrouver un peu d'aisance dans la pièce que vous adorez en rognant un peu sur les marges a posteriori !


Reporter le patron à main levée


On y arrive, vous vous apprêtez à reporter votre patron sur du calque. Si vous voulez un vêtement exceptionnel (à votre hauteur en fait), il faut être la plus précise possible. Et pour cela, on ne reporte pas le patron à main levée comme un cochon. 🐷 Il faut vous équiper de quelques outils de base qui vont vous faciliter la tâche :


  • Une règle : il vous faut a minima un règle de 50 cm. Sinon franchement, vous allez galérer et tout lâcher pour tracer à main levée. Si c'est possible pour vous, je vous recommande d'avoir un set de réglets métalliques de différentes tailles ainsi qu'une règle japonaise. Ce n'est pas un très gros investissement mais vous verrez à l'usage que ce sont des outils super pratiques. 👌🏻

  • Un pistolet (ou perroquet, on peut dire les deux) : au départ on ne sait pas trop quoi en faire, je vous l'accorde. C'est pourtant un outil indispensable à tout modéliste (même débutant) car il regroupe toutes les courbes nécessaires à la modélisation des volumes du corps. Pour résumer : nous ne sommes pas des cubes et notre corps n'est fait que de courbes ! Ces courbes sont modélisées sur vos patrons mais pas n'importe comment. Le sens et l'intensité de la courbe ont une importance pour le tombé final du vêtement, et il faut les respecter. Alors tout comme le modéliste qui a conçu le patron, utilisez un pistolet pour reproduire les courbes de façon précise et harmonieuse. 😊


Respecter le droit fil


S'il y a bien une chose à laquelle vous devez être attentive en couture, c'est le droit fil. Vous ne le savez peut-être pas encore, mais le tissu a un sens et il est primordial de s'y conformer. Je sais j'en fais des caisses mais sincèrement si vous ne suivez pas le droit fil en couture c'est la cata assurée. Pour la faire courte, si vous ne coupez pas dans le bon sens, le tissu va "vriller" à différentes étapes : au moment de coudre, au lavage et lorsque vous le porterez. Vous allez finir avec un vêtement tout déformé et qui tombe mal en un rien de temps. Typiquement, c'est l'exemple du t-shirt made in China que vous avez payé 3€ et qui ne ressemble plus à rien après deux lavages. Pour pouvoir le vendre si peu cher (au delà des conditions de travail médiocres), le fabricant n'a pas respecté le droit fil pour maximiser l'utilisation de ses rouleaux. En gros, dans 1 mètre de tissu il a fait rentrer trois t-shirts au lieu d'un… Fausse bonne idée 😉


Sur tous les patrons le droit fil est indiqué : la plupart du temps c'est une grande flèche au milieu (ou sur un bord) des pièces. Pour suivre le droit fil, il faut aligner cette flèche avec la lisière du tissu.

C'est parti pour la couture !


Votre patron est reporté, vos pièces sont découpées. Vous êtes prête à coudre ! Là encore, il va falloir faire preuve de rigueur et ne pas vous précipiter. Il serait dommage de gâcher le temps passé à tout préparer en bâclant les prochaines étapes…


Penser à l'entoilage


Certaines parties de vos vêtements auront besoin d'être entoilées. On parle aussi de thermocoller les pièces. En fait, on va rigidifier et fixer certains points stratégiques : les cols, les ceintures, les poignets, les pattes de boutonnage… C'est très utile car en plus de donner de la tenue (en général on aime que nos cols se tiennent bien), cela va faciliter la couture de certaines étapes comme les boutonnières.


Le thermocollant est un coton plus ou moins épais (demandez conseil pour le choisir les premières fois) qui est enduit d'une colle. En pratique, vous coupez la même forme que la pièce à entoiler (ou la forme précisée dans les instructions), vous superposez les deux (envers tissu contre la partie encollée, en général elle brille à la lumière) et vous repassez au fer. C'est fait !


Repasser les coutures


C'est un détail que j'ai négligé pendant un certain temps, pourtant il m'a permis de faire passer mes créations au niveau supérieur. Repasser vos coutures va vous permettre de fixer la position du tissu, de le rendre le plus plat possible. La plupart du temps au moment de coudre, c'est ce qu'on recherche : éviter les surépaisseurs. De même, cela va vous assurer que les marges de couture se placent de façon harmonieuse. Si de part et d'autre une marge n'est pas fixée dans le même sens, cela va créer une épaisseur complètement disgracieuse. C'est mieux d'éviter. 😉


Marquer vos plis, pattes de boutonnage et ourlets au fer est également une astuce imparable pour les coudre plus facilement. Pour les ourlets et les pattes de boutonnage vous pouvez même utiliser des bandes thermocollantes spécifiques qui vont fixer le tissu. Cette méthode me facilite tellement la vie que je prendrais presque goût au repassage… Presque ! 🤭


Soigner les finitions


C'est à cette étape que vous jouez la durée de vie de votre vêtement. Si vos finitions ne sont pas soignées, votre jolie tenue va s'abîmer à vitesse grand V ! Voici les finitions qui me paraissent les plus importantes :

  • Les coutures intérieures : il faut absolument sécuriser vos coutures. D'une part parce qu'une finition soignée est plus jolie, mais aussi parce qu'elle va permettre à la pièce de ne pas s'effilocher au lavage et à mesure que vous la porterez. Vous pouvez utiliser plusieurs méthodes pour sécuriser vos coutures : le surfilage, les coutures anglaises et le gansage.

  • Les boutons : pour moi ce sont vraiment les petits détails qui font la différence. De jolis boutons cousus à la main vont non seulement mieux tenir que s'ils sont cousus à la machine, mais ils apporteront également le petit plus que rendra votre tenue incroyable. Ce n'est pas un effort très important, vous pouvez même le faire devant la télé ! 🙄


  • Les ourlets invisibles : pour mon plus grand malheur, la partie que j'aime le moins en couture, se passe en dernier, alors même que ma seule envie est d'arborer fièrement ma nouvelle masterpiece ! Je plaide coupable, je me contente bien souvent d'un ourlet classique car vraiment l'ourlet invisible à la main c'est ma bête noire. 😅 Hélas il n'y a pas tellement d'alternative ! Même si je suis de la team "partisans du moindre effort", il faut reconnaître que les ourlets invisibles à la machine ne le sont jamais complètement, invisibles… Ici pas le choix, calez vous devant la télé avec une petite aiguille et du fil assorti et c'est parti pour la pénitence ! 😭 Pour rester précise veillez à bien repasser et épingler votre ourlet avant de le fixer, cela ne le rendra que plus joli à la fin.


Prendre le temps de souffler


Mon dernier conseil, et non des moindres, est celui-là : prenez une pause ! Je sais ce que c'est d'être à fond dans son projet, de ne plus lever le nez jusqu'à avoir terminé. Pourtant c'est rarement une bonne idée. Comme on dit : " quand on a le nez dedans on ne voit plus rien". Ce n'est pas mon expression la plus raffinée… Mais vous avez compris !


J'essaie de prendre une pause de quelques minutes toutes les heures. Je vais me faire couler un café, profiter un peu du soleil (oui bon ça va, je n'ai jamais réussi à bronzer et je vis en Normandie, mais quand même), inspecter mes plantes… Ca m'évite de m'énerver sur un pseudo blocage qui n'en est pas un, ou de coudre des pièces à l'envers. 😉 C'est d'ailleurs également à prendre au sens littéral : les yeux (et le cerveau) n'aiment pas rester focalisés sur une petite surface pendant trop longtemps. Prenez garde au mal de tête ! 🤯


Dorénavant c'est à vous de jouer ! Vous avez toutes les cartes en main pour confectionner des vêtements de grande qualité avec des finitions quasi-professionnelles. Le tout pour assez peu d'efforts finalement ! Ces 10 astuces vous permettront de profiter le plus longtemps possible de vos pièces cousues main. D'ailleurs j'aimerais beaucoup voir vos créations. N'hésitez pas à me contacter par message privé sur Instagram ou à m'envoyer vos pépites par mail, ça me ferait trop plaisir ! 👗










39 vues0 commentaire